weather icon 4°C
Heure locale

Notre objectif

Améliorer les espaces publics de l’aéroport international de Victoria en introduisant des œuvres d’art dans l’environnement aéroportuaire.

Exposer des œuvres d’art qui reflètent et respectent les valeurs et le caractère locaux, constituant une source de fierté communautaire pour les habitants de la région de Victoria et pouvant être informatives pour les voyageurs.

Offrir des opportunités professionnelles aux artistes visuels locaux et régionaux.

Collection commandée

Attrape-temps (2019)

Les aviateurs perdus de l’Empire (2017)

Genèse (2002)

Bouquet de souvenirs (2006)

Airplay (2006)

Saumon de retour (2009)

Eagle View (2009)

Sul Sul Tan Spindle Whorl #1 – New Beginnings (2009)

Fuseau Sul Sul Tan #2 – Message (2009)

Totems (2011)

Charles Campbell
Lieu : Salon inférieur des départs des passagers

Time Catcher invoque les concepts de temps et de mouvement à travers les territoires, et considère le salon de départ des passagers comme un espace intermédiaire avec un potentiel de connexion et de contemplation. Les navires à trois côtés sont conçus comme des supports métaphoriques de la mémoire écologique et culturelle, la forme étant dérivée des coques des embarcations, qui ont une longue histoire de contact et de commerce sur cette côte. L’ensemble forme une série de cercles qui se croisent et fait allusion aux flux dynamiques d’énergie et à l’interconnexion des systèmes humains et naturels.

« Paradise », d’Octavia Butler, est inscrit sur la surface de chaque navire en code Morse et reconnaît notre lien avec la maison et les forces de changement qui motivent les mouvements des peuples à travers le monde.

Paradis

L’enfant en chacun de nous
Connaît le paradis.
Le paradis, c’est la maison.
La maison telle qu’elle était
Ou la maison telle qu’elle aurait dû être.

Le paradis, c’est l’endroit où l’on se trouve,
Son propre peuple,
Son propre monde,
Connaître et savoir,
Peut-être même
Aimer et aimer.

Pourtant, chaque enfant
Est chassé du paradis…
Dans la croissance et la destruction,
Dans la solitude et dans une nouvelle communauté,
Dans un vaste, permanent
Changement.

– Octavia E. Butler, Parabole des talents

Illarion Gallant
Lieu : Hospital Hill – Mills Road

Le monument sculptural « The Lost Airmen of the Empire » à Hospital Hill rend hommage aux aviateurs alliés qui ont donné leur vie à la base aérienne de Patricia Bay pendant la Seconde Guerre mondiale. Illarion Gallant, sculpteur de Victoria, a achevé la sculpture à l’automne 2017. Une cérémonie d’inauguration a eu lieu le 1er juin 2017.

Hospital Hill, situé le long de Mills Road, au nord de l’aéroport, abritait les installations médicales de la station Patricia Bay de l’Aviation royale canadienne (ARC) pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce monument a été choisi par l’autorité aéroportuaire de Victoria (VAA) et un groupe de citoyens qui ont formé un groupe de travail dont l’objectif commun était de mieux faire connaître la fière histoire militaire de l’aéroport. Environ 1 000 briques provenant du bâtiment administratif militaire précédemment démoli ont été sauvées et seront intégrées au projet. Ce monument reconnaît et honore ceux qui ont donné leur vie en servant à l’aéroport pendant la Seconde Guerre mondiale.

La principale caractéristique de cette œuvre sculpturale est constituée de vingt-cinq plumes d’épervier de Cooper en acier Corten de 12 pieds de haut. L’épervier de Cooper est un prédateur connu pour son extraordinaire agilité en vol et sa férocité à la chasse. Les noms des aviateurs disparus sont gravés au jet d’eau dans les plumes.

La zone entourant le monument est aménagée et une rangée d’érables rouges se dresse de part et d’autre du chemin menant au monument. Les sièges sont ornés de briques provenant du quartier général de l’ARC. Le siège central sert également de capsule commémorative remplie de souvenirs militaires et de lettres aux anciens combattants écrites par notre communauté.

Linda Stanbridge
Lieu : Salon inférieur de départ des passagers

Avec l’aimable autorisation de Daryl Quenet
L’idée à l’origine de l’œuvre d’art « Genesis » est la célébration de la structure harmonique que l’on trouve dans la nature. Linda Stanbridge a choisi le coquillage pour représenter les proportions harmoniques reflétées dans les modèles de croissance évidents dans le monde végétal et humain. La forme en spirale de la coquille se reflète dans la forme des galaxies, dans les tourbillons météorologiques et même dans la structure de l’univers lui-même. La géométrie de la coquille, tout en étant universelle, est également très particulière à notre situation géographique, à notre île sur la côte ouest et à la région de Victoria.

Linda Stanbridge est née à Glasgow, en Écosse, et vit et travaille actuellement à Victoria, en Colombie-Britannique. Elle expose ses œuvres au niveau national et international et fait partie de nombreuses collections publiques et privées au Canada, aux États-Unis et en Europe. Sa pratique artistique est née d’un intérêt pour les structures géométriques et la dynamique de l’optique telle qu’elle est perçue par le spectateur.

Illarion Gallant
Emplacement : Zone extérieure des départs

Une structure d’aluminium et d’acier aux couleurs vives située de l’autre côté de la route frontale de la zone des départs. La sculpture est un véritable bouquet de souvenirs, car M. Gallant a invité tous les élèves et le personnel de l’école de son quartier à rédiger un paragraphe sur leur souvenir préféré. La collection de souvenirs est enfermée dans une capsule à l’intérieur de la graine d’un des coquelicots colorés de la sculpture.

Les projets artistiques d’Illarion Gallant à l’étranger comprennent des œuvres en Autriche et en Allemagne. Ses œuvres sont nombreuses et comprennent la sculpture d’un arbre en aluminium au Fort Street Medical Building, les Avacados en granit au Grand Pacific Hotel et, à Toronto, un hommage au canoë en aluminium de Tom Thomson, avec 76 roseaux en aluminium de 6 pieds.

Thomas Mercer et Edward Schaefer
Lieu : Zone d’enregistrement des départs intérieurs

Une série de panneaux de vitraux soufflés à la main le long de la paroi intérieure en verre de la zone d’enregistrement des départs.

Thomas Mercer et Edward Schaefer sont internationalement reconnus pour leurs œuvres d’art en vitrail. Parmi ses autres œuvres, citons les 36 fenêtres de la salle de bal du gouvernement de la Colombie-Britannique et le vitrail du jubilé d’or de la Reine, offert à la Reine, qui a été dévoilé lors de la visite de la Reine et du Duc d’Édimbourg à Victoria, en Colombie-Britannique, en 2002.

Charles W. Elliott – Maître sculpteur salish de la côte
Emplacement : Réception des bagages domestiques

Les saumons revenant de voyages lointains clignotent dans les eaux scintillantes des rivières qui coulent, comme des autoroutes dans le ciel. Les saumons rentrent chez eux comme les voyageurs qui reviennent d’un voyage à l’étranger pour recommencer le cycle de la survie et de la réussite.

Charles W. Elliott – Maître sculpteur salish de la côte
Lieu : Salon d’observation d’Eagles Landing – 3e étage de l’aérogare

L’aigle a été choisi pour le salon d’observation et l’exposition historique d’Eagles Landing en raison du grand respect qu’il inspire à l’humanité. Ils ont un esprit de force, de sagesse et de puissance, tout en étant un symbole de chance, de fraternité et de protection. Les grandes puissances de l’aigle sont là pour accueillir tous ceux qui pénètrent dans le haut perchoir d’Eagles Landing.

Charles W. Elliott – Maître sculpteur salish de la côte
Lieu : Salon d’observation d’Eagles Landing – 3e étage de l’aérogare

Intitulée « Nouveaux départs », l’image présente un motif de grenouille fendue de part et d’autre de la personne centrale qui chante. Les grenouilles, en tant qu’esprits tutélaires, annoncent les nouveaux départs, comme le début de la nouvelle année. Les grenouilles émergent et chantent tandis que les pulsations de la terre s’éveillent et alertent toutes les créatures, y compris l’homme, d’un nouveau départ, d’un moment où l’on range nos traditions hivernales et où l’on se prépare à un nouveau cycle de cueillette et de reproduction.

Charles W. Elliott – Maître sculpteur salish de la côte
Lieu : Salon d’observation d’Eagles Landing – 3e étage de l’aérogare

Le messager, le corbeau, est une créature très intelligente et respectée par tous les peuples des Premières nations. Le corbeau a été le premier à apparaître aux survivants de la Grande Inondation de Saanich, apportant le message d’espoir que les eaux de crue commençaient à se retirer et que la vie reprendrait son cours normal. Le Corbeau, le messager, est également désigné comme le Trickster en raison de sa capacité à se comporter de manière ludique en trompant d’autres formes de vie afin d’exercer son contrôle sur certaines situations. Enfin, la troisième désignation est celle du transformateur, qui a le pouvoir d’apparaître ou de disparaître sous la forme d’autres formes de vie à certains moments.

Charles W. Elliott – Maître sculpteur salish de la côte
Emplacement : A l’extérieur des arrivées

Orca et Thunderbird
Ce totem représente l’une des légendes les plus importantes de l’histoire des Salish de la côte. L’oiseau-tonnerre que l’on voit sur la queue de l’orque est un être spirituel auquel on ne peut accéder qu’en communiquant avec le créateur. Il s’agit généralement d’un appel à l’aide.

L’orque est la créature la plus respectée de la mer. Il est tenu en très haute estime par le peuple Coast Salish en raison de ses pouvoirs physiques et de sa supériorité intellectuelle. Ils survivent en meutes comme les loups et sont parfois désignés dans le même domaine que les loups de mer.

L’union du grand pouvoir spirituel et du grand pouvoir physique peut être considérée comme un équilibre de pouvoir bénéfique pour l’humanité, comme le montrent les croyances des Premières nations.

Figure de bienvenue Salish
Dans le passé, les figures humaines étaient sculptées en beaucoup plus grand que la taille réelle. Ils se tenaient devant les villages, les mains et les bras tendus en signe de bienvenue.

Cette figure de bienvenue est inspirée d’une figure de bienvenue traditionnelle des Salish de la côte que l’on voyait devant les villages. Ils font face à l’eau et accueillent les visiteurs qui arrivent. Les mains et les bras de cette figure montrent le geste de bienvenue ainsi qu’un bras tenant une pagaie, ce qui montre que les membres de la Première nation de Saanich sont des gens du canoë et de la pagaie. Ce sont des symboles de bienvenue et de remerciement, mais aussi de survie.

Corbeau, loup et ours
Ce totem représente un oiseau et des animaux tenus en haute estime par le peuple Saanich. Autrefois, lorsque les forêts, les océans, les rivières et les ruisseaux étaient en parfait état, les animaux, les oiseaux, les créatures marines et les hommes des Saanich First Nations entretenaient des relations étroites entre eux. Ils ont partagé l’espace fourni par notre créateur « XAIES », ainsi qu’une compréhension et un respect plus étroits entre l’humanité, nos frères et sœurs, et les autres formes de vie dont nous pensons faire partie.

Sur ce mât, le corbeau est assis sur la tête du loup et, sous le loup, l’ours tient un saumon. Dans la mythologie de Saanich, le corbeau est réputé pour son intelligence et est considéré comme un messager lorsqu’il parcourt chaque jour le ciel, les eaux, les forêts et les villages pour annoncer les nouvelles du jour. Cet oiseau intelligent adore jouer des tours à tout le monde, y compris à l’homme, au cours de son voyage quotidien. Dans de nombreux cultes des Premières nations, le corbeau est reconnu pour sa capacité à se transformer en d’autres divinités, ce qui renforce sa réputation de trompeur et de messager.

La deuxième figure sous le corbeau est le loup. Il fut un temps où le loup habitait ce terrain et les régions avoisinantes. Les loups étaient considérés comme les gardiens de la nuit et on pouvait les entendre parler entre eux sur de grandes distances. Ils étaient considérés comme des protecteurs et gardaient nos lieux sacrés tels que le sommet du mont Newton, un endroit réservé à la survie en cas de grandes inondations, ainsi que notre lieu de méditation, de purification, de jeûne et de rituels à l’eau froide. Les meutes de loups et les groupes d’orques sont vénérés par les Premières nations comme une seule et même chose.

L’ours au pied de cette perche tient un saumon pour montrer qu’il est aussi un pêcheur et un survivant. Les ours sont respectés et considérés comme nos égaux en tant que gardiens de la famille et défendront rigoureusement leurs petits comme le fait l’homme. Les ours sont respectés comme des êtres humains et on peut les voir pêcher à proximité de nos pêcheurs dans les eaux peu profondes des rivières, lorsque les saumons remontent le courant. Nous avons un dicton qui dit que « le saumon pour la survie est la survie pour le saumon ». Les ours en sont convaincus, tout comme nous, et nous avons un respect mutuel pour chacun d’entre eux à cet égard.

Charles W. Elliott est un maître sculpteur et un artiste de renommée internationale dans la tradition des Salish de la côte. Ses œuvres d’art font partie de collections privées et d’entreprises dans le monde entier. Charles est membre de la Première nation T’sartlip et est né dans la réserve T’sartlip à Brentwood Bay, en Colombie-Britannique. Il y vit encore aujourd’hui, sur les rives du Saanich Inlet, avec sa femme Myrna et leurs enfants.

Jeune artiste, Charles sculpte des motifs sur l’écorce du peuplier deltoïde et façonne ses propres petits totems et modèles de canoës grâce aux conseils de son père et de ses oncles et aux encouragements de sa mère.

L’art et la sculpture sur bois ont été au centre des préoccupations de Charles au cours des quatre dernières décennies. Il a été inspiré par sa passion pour la tradition artistique salish. Les œuvres de Charles témoignent de son attachement au design classique des Salishs de la côte. Il recrée des objets utilitaires et cérémoniels traditionnels et crée des œuvres contemporaines dans le cadre de la discipline Coast Salish.

« Je suis un artiste autodidacte qui a suivi un long et lent chemin pour acquérir mes connaissances et mes compétences en tant que sculpteur sur bois et artiste graphique dans la tradition salish de la côte. J’ai consacré ma vie à la renaissance de l’art salish de la côte, autrefois menacé de disparition. Je continue à enseigner aux jeunes artistes les traditions artistiques salish de la côte et j’ai souvent donné des cours sur l’histoire de l’art salish dans le cadre de programmes scolaires de tous niveaux.

L’art tournant

Galerie d’art du Grand Victoria

Conseil des arts de Victoria

AGGV

Actuellement, Charles MacGregor est à l’affiche jusqu’au 14 juillet.

À propos de l’artiste :

Depuis l’âge de 14 ans, Charles MacGregor souhaitait devenir artiste. Il a apprécié les cours d’art qu’il a suivis à l’école de Victoria et s’est découvert un talent pour le design.

Le premier collage de MacGregor date de 2016. Il marchait le long de la rue Fisgard et a vu une veste en jean suspendue à une bouche d’incendie. Il s’est passionné pour l’aspect de la veste, avec des journaux et de la peinture, sur une toile. Le résultat est « Street ».

L’œuvre  » Canadian Flag  » (2018) est née de la méthode de travail caractéristique de MacGregor, qui consiste à mouler, dépouiller et reconstruire. Il a également, à un moment donné, retiré le drapeau, l’a découpé et l’a réintroduit sous forme de fragments. Ce collage », dit-il, « n’est ni une protestation ni un geste nationaliste ». Il évoque le Canada, mais il s’agit peut-être davantage d’une déclaration formelle sur la manière dont le rouge et le blanc peuvent interagir l’un avec l’autre et s’associer aux formes qui les accompagnent ». L’œuvre représente bien son programme avec des objets quotidiens trouvés (des journaux, un ruban à mesurer, un vêtement, etc.) : les laisser être utilisés pour une nouvelle expression artistique, mais aussi pour rappeler leur passé et inviter une réponse de la part du spectateur.

MacGregor produit régulièrement des collages, plus particulièrement en trois dimensions, c’est-à-dire en relief ou ce que Kurt Schwitters a appelé l’ »assemblage ». Chacune des œuvres de MacGregor présente une cohérence de conception, un élément se détachant généralement des autres et accentuant l’expérience visuelle.

Ses matériaux comprennent des journaux, des jeans, des vêtements en cuir, des lames de scie, des mesures, etc. Les formes qu’il obtient avec le matériau du vêtement reflètent sa malléabilité.

Ces collages s’inscrivent dans la tradition des maîtres du genre tels que Jean Arp et Kurt Schwitters.

 

Avec environ 2 millions de personnes qui passent par l’aéroport international de Victoria chaque année, le conseil d’administration de l’autorité aéroportuaire de Victoria (VAA) s’est engagé à offrir une occasion unique de présenter le travail d’artistes talentueux dans l’aérogare.

En 2001, le conseil d’administration a approuvé le concept à deux niveaux suivant pour l’art public dans le nouveau terminal :

  • Premier niveau – l’acquisition d’œuvres d’art majeures sélectionnées dans le cadre d’une procédure de mise en concurrence équitable.
  • Deuxième niveau – l’exposition à tour de rôle d’œuvres d’art provenant de groupes et d’organisations de la région.

À ce jour, la collection commandée par l’aéroport international de Victoria comprend des œuvres d’art exposées par des artistes locaux et des Premières nations. Un programme de rotation des œuvres d’art dans l’aérogare a également été élaboré et deux murs d’art ont été intégrés dans la conception de l’aérogare pour présenter des œuvres d’art locales provenant de galeries ou de conseils artistiques locaux.

Nos valeurs

L’adoption de la politique du conseil d’administration reflète la conviction que :

  • Les œuvres d’art dans les lieux publics permettent aux citoyens d’apprécier les arts dans la vie de tous les jours ;
  • Les œuvres d’art promeuvent Victoria en tant que centre d’excellence artistique et culturelle ;
  • les initiatives artistiques et culturelles améliorent la qualité de vie et peuvent stimuler le développement économique ; et
  • l’art doit promouvoir un sentiment de fierté et d’identité communautaires.

Comment nous travaillons à l’acquisition

L’Autorité aéroportuaire de Victoria peut acquérir des œuvres d’art de la manière suivante :

  • Par achat, ce qui inclut l’achat direct d’œuvres d’art finies et la commande d’œuvres d’art (dans le cadre d’une procédure de concours ouverte ou limitée).
  • Par donation, ce qui inclut les donations d’organisations, d’entreprises et de dignitaires en visite.
  • En établissant des partenariats avec d’autres organisations publiques ou privées.
  • Par des prêts d’organismes publics ou privés pour une période définie.
  • Par location auprès d’une organisation pour une période définie.

Comité consultatif « Art à l’aéroport

Le comité consultatif « Art à l’aéroport » est un organe bénévole. Le Comité est chargé de faire des recommandations au Conseil d’administration concernant l’acquisition d’œuvres d’art pour l’Autorité aéroportuaire de Victoria.

back to top